Le NaNoWri- Quoi?

Pour ceux qui ne le savent pas, en plus d’être jeune professionnelle à temps plein, étudiante en soirée et nouvelle blogueuse au Trousseau, j’aspire à un jour être auteure publiée. C’est mon rêve depuis que je suis toute petite; depuis que j’ai écrit la fabuleuse histoire de «Zoé Pinçon et le caribou d’Égypte» à l’âge de 8 ans.

Le hic : trouver le temps de rédiger un roman lorsque ton temps libre se limite à une quarantaine de minute par soir, ce n’est pas évident! Surtout lorsque ces minutes se trouvent entre 21h45 et 22h25, alors que tu as la journée dans le corps et que tu dois travailler sur ton projet de session. La motivation est difficile à trouver, mais s’il y a quelque chose que j’ai bien compris au cours des dernières années, c’est que de renoncer à ton rêve – même si tu sembles manquer de temps – ce n’est pas une option.

Il existe heureusement des initiatives de tous genres qui ont pour but d’encourager les auteurs amateurs de ce monde dans leur projet et de leur donner les outils nécessaires à la réalisation de leur œuvre. On peut les retrouver près de chez nous (la maison de la littérature offre des ateliers de ce genre) ou un peu plus loin, comme le NaNoWriMo.

Le National Novel Writing Month, ou NaNoWriMo, est un organisme sans but lucratif qui fait la promotion de la création littéraire. Chaque année depuis maintenant 19 ans, cet organisme lance un défi aux auteurs de ce monde : rédiger 50 000 mots en 30 jours. Leur but : nous aider à achever – ou du moins, grandement avancer – le premier brouillon d’un récit.

source: nanowrimo.org
source: nanowrimo.org

Pourquoi? L’étape la plus ardue, la plus exigeante et la plus complexe de la rédaction d’un roman se trouve à son commencement. Il est bien trop facile de tomber dans le piège de lire, relire et re-relire les quelques pages du début d’une œuvre, et d’arrêter d’écrire. La pratique idéale : se rendre au bout d’une histoire, sans porter trop attention aux détails, avant de la relire pour la bonifier. C’est une méthode qui demande beaucoup de discipline, chose dont je manque encore un peu!

Je n’ai malheureusement pas atteint cet objectif de 50 000 mots dans le dernier mois. Bien que mon histoire ait assez bien avancée depuis le 1er novembre, mon roman est encore bien loin d’être achevé! Je sais, par contre, que j’y arriverai un jour. Surtout si je m’assure de continuer à suivre les quelques astuces amassées à travers les années :

#1 Rédiger tout ce qui me passe par la tête (je ferai le tri plus tard).

#2 Accorder au moins 30 minutes par jour – idéalement le matin, lorsque mes pensées sont encore fraîches – à la rédaction, sans interruption, de mon roman.

#3 Me concentrer sur l’avancement de mon histoire, plutôt que sur les pages déjà écrites.

La vie adulte, c’est demandant. C’est stressant. C’est fatiguant. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut abandonner ses rêves. J’ai bien l’intention d’atteindre mon objectif un de ces jours, et j’espère que toi aussi!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *